Soutien au peuple tibétain par les conseils municipaux

Le texte ci-dessous est destiné à être personnalisé et proposé au vote dans vos conseils municipaux, pour marquer le soutien de votre commune au peuple tibétain, manifesté en érigeant un drapeau tibétain au fronton de votre mairie.

 

Le Conseil Municipal de (ville) exprime ses plus vives inquiétudes vis-à-vis de la situation actuelle au Tibet. Il souhaite que celle-ci permette d’aborder enfin de façon franche le désarroi dans lequel se trouve le peuple tibétain depuis 1949, date de la première invasion du Tibet par l’armée chinoise. Depuis ce temps, les Tibétains ont subi toutes sortes d’exactions, jusqu’à subir au total un génocide de plus d’un million de personnes sur une population de 5 millions d’habitants.

 

Au moment où la Chine – à la veille des JO de Pékin – a fait le pari insensé de cacher la réalité du Tibet (une situation de simple colonisation et d’oppression), les chars du régime chinois y sont déployés, et les militaires et les policiers tirent à balles réelles sur des moines et des manifestants non-violents.

 

Le Gouvernement français et les autorités européennes doivent exiger la fin immédiate des massacres, la libération des prisonniers sous contrôle international.

Le Gouvernement français et les autorités européennes doivent militer énergiquement pour l’instauration d’un dialogue réel sur l’autonomie tibétaine avec le Dalaï-Lama et le gouvernement tibétain en exil, afin de faire comprendre au régime chinois qu’il est dans son intérêt de satisfaire les revendications modestes du peuple tibétain.

La révolte gronde, à tous les coins de la Chine : Xinkiang et pays Ouïghour, Mandchourie, Hong-Kong, Taiwan, démocrates chinois, chômeurs des périphéries de villes… Agir en faveur du Tibet est un moyen d’apaiser les tensions internes !

 

C’est en ce sens que doivent aussi agir les collectivités territoriales françaises et européennes, afin de donner l’exemple. Voilà pourquoi, en signe d’émotion et de soutien, le drapeau tibétain doit flotter sur les édifices publics français, comme c’est le cas dans beaucoup de villes, de Calais à Gap, en passant par Saint-Brieuc et Montluçon.

Voilà pourquoi notre ville se joint à ce mouvement, en appelant les collectivités voisines à faire de même.

Soyons une petite goutte dans ce fleuve et aidons à renverser l’injustice et l’indifférence.

 

Nous appelons enfin tous les habitants à signer les différentes pétitions d’appel à la solidarité portées par les associations en faveur du peuple tibétain.

 

Pour la ville de (…),

(…), Maire,