Quel enracinement pour Green Lotus en Birmanie?

Coordination du mouvement écologique

Grâce à la mise en place de relations durables avec la société civile écologique dans son ensemble, Green Lotus souhaite contribuer à la coordination et au renforcement du mouvement. Pour permettre sa mise en réseau et sa montée en puissance, il s’agit concevoir une plate-forme de coopération (fédération, alliance, ou juste comité de liaison), portée par un media (site web) créé spécifiquement dans ce but, avec tous les outils qui vont avec (plénières régulières, ateliers thématiques…).

Pour améliorer l’efficacité et les capacités du militantisme écologique, il faut aussi promouvoir des mécanismes de monitoring pour s’assurer que les formations, workshops et empowerments environnementaux ont un réel impact de long terme. 

Sensibilisation du reste de la société civile

Parallèlement, il faut permettre une connaissance par tous des lacunes toujours existantes en termes de méthodes, connaissances et pratiques environnementales. En-dehors des milieux écologiques, la société civile birmane témoigne dans son ensemble d’un manque de maîtrise de l’ordre de priorité des besoins et des règles du développement durable. En particulier, deux groupes prioritaires doivent être ciblés par notre action de sensibilisation : les jeunes et les fermiers. Green Lotus met ainsi au point des partenariats pour des actions en milieu universitaire, avec des missions de formateurs professionnels spécialistes de l’enseignement, la pédagogie, la recherche sur les questions environnementales…

 Gouvernance environnementale

L’absence cruelle de considération pour les principes d’un développement durable par les tenants de la politique et de l’économie du pays est aussi un motif majeur de la présence de Green Lotus en Birmanie. Le lobbying pour une gouvernance environnementale adéquate se fait donc selon deux axes :

–       diffusion des principes du développement durable dans les milieux politiques démocratiques pour l’élaboration de leurs programmes et politiques publiques

–       
mobilisation autour de la RSEE (responsabilité sociale et écologique des entreprises) auprès des entreprises et investisseurs.

Une telle gouvernance reposerait sur des mécanismes d’innovation économique qui permettent de construire un monde réellement soutenable grâce à des technologies propres, des énergies renouvelables, des agrocarburants, la protection des écosystèmes et de la biodiversité, la préservation des puits de carbone (océans et forêts), la réduction des déchets, le recyclage… Non seulement ces investissements seront durables, mais ils seront aussi rentables car ils permettront d’économiser sur les coûts des matières premières, les coûts de l’énergie et des carburants, les coûts de soins de santé, de pollution et d’amélioration de la qualité de vie.

Green Lotus s’emploie à la définition d’une réelle gouvernance environnementale qui se traduise en politiques publiques économiques et sociales significatives. Green Lotus œuvre ainsi pour le développement de l’économie sociale et solidaire, dans ses principes et sa philosophie collaborative (commerce équitable, agriculture bio, circuits courts, mutualisation des ressources, économie non-marchande, éducation populaire…) mais aussi dans sa forme et son organisation (finances solidaires, micro-crédit, mutuelles et coopératives, micro-entreprises). 

 Une fois engagée sur cette voie, la Birmanie pourra devenir le premier terrain de réalisation d’un nouveau paradigme de développement qui harmonise avec succès les deux urgences économique et environnementale.