MPs committed to green the country: 22-23rd Feb Workshop in Naypyitaw

 

35 NLD, USDP and ethnic parties MPs from all over Myanmar gathered in Naypyitaw last weekend to attend a workshop led by Green Lotus on green issues and environmental governance, co-organized with Daw Doi Bu, MP in Kachin State from Unity and Democraty Party for Kachin State (UDPKS), and a committed environmental activist.

Peasants and Fishermen representatives, as well as members of NLD research unit (a group set up to build capacity within NLD and decentralize the party) also attended the two-days workshop.

This workshop’s ambition was to reintroduce important discussions into the national debate regarding the development of Myanmar, through a strengthening scheme designed to give major political stakeholders good practices and tools related to sustainable development, to face the development challenges lying ahead while enforcing an innovative and green path for the country.

The main issues discussed included presentations on:

– Climate change effects in the world, in Asia and in Myanmar,

– International mechanisms to regulate environment and their transposition in Burmese national laws, as well as key legislation related to environment and how to improve it.

– Recommendations to amend the Constitution in order to add a constitutional right to a safe and clean environment, as well as other dispositions, which were previously submitted to the Constitutional Review Joint Committee by a group of local CSOs and Green Lotus.

– Green and social economy, and the sustainable business opportunities in Myanmar that MPs can promote at the local, regional and national levels.

Sustainable cities, including how to sustainably manage water, waste, public transportation, and buildings.

 

Overall, this workshop underlined the fact that Myanmar MPs are definitely committed to an inclusive, equitable and sustainable development, inextricably linked to a democratic transition. If they don’t lack ideas to implement it, they often lack capacity and means…

Among the projects derived from the workshop, that Green Lotus will strive to implement with the help of any interested institution, are the following:

–       creation of “green zones” in constituencies

–       implementation of a new law regulating air and water pollution

–       creation of a committee to monitor the implementation of environmental laws, that would be more integrated with governmental structures

–       stage raising awareness campaigns to promote organic food or local products of quality…

Daw Doi Bu (middle)

Les députés birmans engagés pour modèle de développement équitable et « vert » en Birmanie !

Séminaire de formation organisé par Green Lotus les 22 et 23 février 2014 à Naypyitaw

35 députés de la NLD (Ligue Nationale pour la démocratie), l’USDP (parti du gouvernement) et de partis ethniques, originaires de plusieurs régions de Birmanie, se sont rassemblés le weekend dernier à Naypyitaw pour participer à un séminaire sur la gouvernance environnementale animé par Green Lotus et co-organisé avec la députée Kachin Daw Doi Bu, du Parti pour l’unité et la démocratie dans l’Etat kachin (UDPKS) allié à l’USDP, et fervente militante écologiste.

Cette formation visait à réintroduire dans le débat national des enjeux souvent occultés à la faveur de débats plus politiques, en lien avec le développement du pays. Elle a ainsi été conçue pour apporter aux acteurs politiques, en l’occurrence les parlementaires, des données et outils en lien avec le développement durable, afin de les préparer à affronter les immenses défis à venir, tout en se faisant les chantres d’une voie birmane innovante et respectueuse de l’environnement comme des droits humains et sociaux.

Parmi les questions abordées figuraient notamment des présentations sur :

–       Les effets du changement climatique dans le monde, en Asie et en Birmanie.

–       Les mécanismes internationaux de régulation de l’environnement et leur transposition dans le droit national birman, ainsi qu’une analyse de la législation nationale portant sur la protection de l’environnement et comment l’améliorer.

–       Des recommandations pour un amendement de la Constitution introduisant un droit constitutionnel à un environnement sain et équilibré, ainsi que d’autres dispositions ayant trait au développement. Ces recommandations ont par ailleurs été soumises au Comité chargé de réviser la Constitution en décembre dernier, avec une coalition d’ONG birmanes, à l’initiative de Green Lotus.

–       L’économie verte et sociale, et les opportunités d’activités lucratives durables en Birmanie, que les députés peuvent promouvoir aux niveaux local, régional et national.

–       Les villes durables, expliquant notamment comment gérer de manière soutenable et durable l’eau, les déchets, les transports publics et la construction de bâtiments dans les métropoles actuelles.

Le séminaire de formation a plus généralement démontré que les députés birmans sont fermement en faveur d’un développement inclusif et équitable, et non uniquement dirigé par les investissements étrangers, qui constitue par ailleurs un corollaire inévitable d’une transition démocratique. S’ils ne manquent pas d’idées pour faire advenir un tel modèle de développement endogène, ils manquent en revanche de compétences techniques et de moyens.

 

De nombreux projets ont été soumis à Green Lotus, que nous essayerons dans la mesure du possible de mettre en œuvre, avec l’aide des institutions intéressées :

–       création de zones vertes et d’écoquartiers dans leurs circonscriptions,

–       mise en œuvre d’une législation régulant la pollution atmosphérique et la pollution de l’eau

–       création d’un comité chargé d’évaluer la mise en œuvre de toutes les lois en lien avec l’environnement, qui permettrait une intégration plus poussée des structures législatives et administratives,

–       organisation de campagnes pour la promotion des produits locaux et bio ou de qualité…

 

Ce type de formation est appelé à se renouveler, en incluant des parlementaires de l’armée, en plus de ceux de l’USDP et de l’opposition, et les personnalités les plus prometteuses pour 2015. A terme, ces formations visent la formation d’un groupe de travail pour la revue de toutes les lois régulant les activités portant atteinte à l’environnement ces dix dernières années, préparer l’élaboration de lois dans les domaines les plus laissés à l’abandon, tels que la pollution de l’eau ou la pollution atmosphérique.