Lancement d’un collectif de soutien à Aung San Suu Kyi et à la démocratie en Birmanie

Communiqué de restitution suite à la tenue d’une conférence de presse pour le lancement du Collectif de soutien à Aung San Suu Kyi et à la démocratie en Birmanie :

Ce jeudi 5 avril à 14h, au Conseil régional d’Ile-de-France, s’est tenu un événement à la mesure de la ferveur qu’a entraîné la victoire d’Aung San Suu Kyi et de la démocratie aux élections législatives partielles en Birmanie le 1er juin.

A l’initiative de Green Lotus un Collectif de soutien au processus de démocratisation a été lancé, regroupant ONG et personnalités. L’idée principale est d’appeler la France, ses institutions, ses régions, à accompagner la transition démocratique de la Birmanie par une aide concrète à la gouvernance.

La prochaine étape, prochaine action du Collectif, est un colloque sur cette thématique, avec des perspectives concrètes : libertés et droits humains, société civile, collectivités locales, institutions, développement durable, progrès sociaux… Il se tiendra fin juin 2012, et donnera lieu à un Appel aux régions d’Europe pour une action dans le même sens.

Voici quelques expressions des participants :

Jean-Marc Brûlé (Président de Green Lotus et Conseiller régional d’Ile-de-France), coordinateur de la Conférence :

« C’est d’abord une victoire pour la stratégie de non-violence, et aussi un message d’espoir pour tous les autres enjeux pour la démocratie en Asie… ».

Michèle Sabban (Vice-présidente de la Région Ile-de-France, présidente de l’ARE) :

« Je souhaite que l’ensemble des régions d’Europe (membres de l’ARE) puissent signer un appel en faveur d’une aide à la gouvernance, pour les collectivités et la société civile birmane. »

Isabelle Dubuis (coordinatrice, Info-Birmanie) :

« Nos efforts ont porté leurs fruits. Le plébiscite en faveur d’Aung San Suu Kyi est sans appel. »

Htin Kyaw Lwin (représentant la Communauté Birmane de France) :

« Le processus de pacification n’est pas achevé, il faudra le maintenir pendant les négociations à venir pour permettre de modifier la Constitution. Un soutien fort de la communauté internationale sera essentiel »

Jean-Vincent Placé (sénateur, président du groupe des Ecologistes au Sénat) :

« La France a un rôle important à jouer : si le soutien à la dictature en place est exclu, il doit en être de même de la neutralité ou de la passivité. Nous avons vocation à soutenir le mouvement démocratique birman. »

Stéphane Hessel (auteur de Résistances, dialogue avec Aung San Suu Kyi) :

« La Dame de Rangoun joue un rôle extrêmement important, à un moment où, dans le monde entier, la question des résistances au despotisme prend une place privilégiée . »

Jane Birkin :

« Depuis des années, nous avons fait manifestation sur manifestation… tous ceux qui disaient que tout cela ne servait à rien avaient tort … »