La réforme de la Farmers Protection Law : une avancée symbolique pour le droit des fermiers ?

La réforme de la Farmers Protection Law a été approuvée par la chambre basse du Parlement Birman le 3 Octobre dernier, ayant pour but de protéger plus efficacement le droit des fermiers. Un « leading committee » incluant des représentants du gouvernement ainsi que des associations de fermiers a été créé, permettant de protéger certains de leurs droits : liberté de cultiver les récoltes de leurs choix, accès à un crédit facilité ou encore « limitation de la confiscation injuste des terres». L’instauration d’un prix minimum des produits agricoles par un « marketing committee » prévu par  la première version de la loi introduite en juillet également a été revue car accusée de populisme, désormais, ce comité, rebaptisé  « agricultural product management committee – APMC » n’est établi que « si besoin ». Bien que cette nouvelle loi semble représenter un pas en avant pour le droit des fermiers birmans, nous pouvons nous demander dans quelle mesure sa mise en application, prévue dans trois mois représentera une avancée symbolique ou réelle.

***

The Farmers Protection Law reform: a symbolic step towards  farmers’ rights ?

The Farmers Protection Law reform was approved by the lower house of the Burmese Parliament on October 3rd , with the aim of better protecting farmers’ rights. A “leading committee” including representatives of the government and “farmers’ associations” was created in order to protect some of their rights such as the freedom to grow crops of their choice, an access to a credit facility or the “limitation of unjust land confiscation. ” The introduction of a minimum price for agricultural products initially intended under the first version of the bill in July has also been revised, as it was seen as an attempt to win votes in rural areas. Now the committee in charge of settling this price – the agricultural product management committee – APMC is only established «if needed”. In fact, although this new law seems to show a step towards more rights for Burmese farmers, we still can wonder to what extent its implementation, scheduled in three months will be considered a symbolic path or a real one.