Green Lotus déjà en soutien de la NLD, le parti d’Aung San Suu Kyi, sur le développement durable

Etabli il y a trois ans par un groupe de jeunes militants de la Ligue Nationale pour la Démocratie (NLD), le Département de Recherches de la NLD a été créé dans le but de former les nouvelles générations de militants à devenir les futurs leaders de la Birmanie, aux niveaux local, régional ou même national. Embrassant un large éventail de sujets allant du fonctionnement d’une démocratie aux problèmes sociaux-économiques en passant par l’environnement, ce département pourvoit un grand nombre de jeunes entre 19 et 30 ans avec des connaissances précises sur différents aspects du pays.

 

Outre des formations et des évènements publics réunissant des militants de tout le pays, une équipe permanente de volontaires travaille au quotidien pour analyser différents rapports, mener des recherches ciblant des problématiques à fort potentiel électoral et analyser l’évolution de la vie politique. Cette équipe dynamique dirigée par un des leaders du mouvement des jeunes de la NLD, Nay Chi Win, fournit ainsi régulièrement le fond et la matière qui font tant défaut au discours strictement centré sur les droits de l’homme promu par les hautes couches du parti, au détriment des enjeux liés à l’environnement et au développement.

 

Cette unité de recherche à la fois ambitieuse par son rôle et modeste dans sa constitution tend ainsi à faire émerger “par le bas” un programme de politiques publiques à même de répondre aux attentes de la société birmane dans la perspective des élections de 2015.

 

Une préparation intense en amont nous a permis de nouer le contact avec les responsables de cette mission à laquelle nous sommes désormais associés, à travers une participation régulière à leurs divers projets, notamment ceux qui ont trait à la question du développement souhaitable pour le pays. Destinées à être transmises aux dirigeants du parti, ces analyses pourraient ainsi permettre de modeler le programme porté par le principal parti d’opposition, afin de faire de la question du développement durable un enjeu pour les élections de 2015.