Burma: a country not yet ready for doing business according to the IFC

Capture d’écran 2013-11-07 à 16.55.01

Riche en ressources naturelles et tout juste ouverte au marché mondial, la Birmanie semble être un terrain d’investissement très prometteur pour les entreprises. Pourtant, d’après le récent rapport « Doing Business » publié par l’IFC (International Finance Corporation), le groupe de la Banque Mondiale spécialiste du secteur privé, la Birmanie occupe une des dernières places (182e sur 189) dans le classement des pays selon leur capacité à offrir un environnement propice au business.  L’index de l’IFC révèle l’insécurité et l’inefficacité qui pèsent sur les affaires en Birmanie surtout du point de vue de l’accès aux permis de construction, l’accès à l’électricité, l’accès au crédit, l’enregistrement de la propriété, la protection des investisseurs, le renforcement des contrats et la résolution de l’insolvabilité. Deux points positifs sont cependant à relever : les opportunités d’échanges commerciaux aux frontières et la réduction récente de l’impôt sur les sociétés.

Le constat reste quand même sans appel : si les opportunités sont multiples en Birmanie, la situation politique, économique et juridique n’offre par encore un cadre favorable aux investissements. Il faut donc bien préparer le terrain pour assurer un cadre durable et profitable de développement et d’investissements!

 

A resource rich country just recently opened to the world market, Burma seems to be the new Eldorado for investments. However, according to the new  “Doing Business” report published by the IFC (International Finance Corporation), the World Bank group focused on private sector, Burma is lying way behind in the ranking of countries according to the ease of doing business (182th over 189 countries). The IFC index point out the insecurity and the inefficiency in doing business in Burma, especially with regards to dealing with construction permits, getting electricity, registering property, getting credit, protecting investors, enforcing contracts and resolving insolvency. Two positive points are yet encouraging: the opportunities for trading across borders and the recent reduction of the corporate income tax rate.

Still, the message is quite clear: Burma is a land of great opportunities but is yet not ready to provide with a safe political, economic and juridical environment for investments. We thus need to prepare the ground for sustainable and profitable conditions of development and investment!

 

“Doing Business” full report: http://www.doingbusiness.org/reports/global-reports/doing-business-2014