25 ans du DPNS (Democratic Party for a New Society), ou la génération 88 toujours sur le devant de scène

Le 14 octobre avait lieu l’anniversaire des 25 ans de la création du DPNS, le célébre parti d’étudiants ayant mené les révoltes contre le régime en 1988. Forcés à l’exil pendant près de vingt ans, les membres de ce parti viennent de regagner la Birmanie pour se réimplanter dans la vie politique birmane.

Malgré ces longues années hors du pays et le décalage inévitable entre les exilés et la population birmane qui en résulte, le parti a su rester un acteur clé et respecté, si ce n’est considéré, comme l’a montrée la présence de plusieurs icônes de la vie politique birmane à cet évènement. Ainsi, outre le président du parti Aung Moe Zaw et son vice-président Zaw Zaw Htun, étaient présents le célèbre militant de la génération 88 et ancien prisonnier politique Min Ko Naing, le journaliste et co-fondateur de la NLD (parti d’Aung San Suu Kyi) U Win Tin, l’icône de l’ABSDF (le Front Démocratique des Etudiants de Toute la Birmanie) Moe Thee Zun et d’autres membres éminents de la NLD et de la génération 88.

Bien que la participation aux élections de 2015 soit davantage un moyen de reprendre part à la vie politique du pays qu’une fin en soit, le parti présente des politiques intéressantes qui sortent du cadre imposé par le triumvirat “démocratie-Etat de droit- développement économique”. Il est ainsi un des seuls partis à affirmer dans ses priorités la nécessité de mettre en oeuvre un développement durable, permettant d’ouvrir le pays à l’économie mondiale tout en respectant l’environnement et la population birmane, où l’on reconnaît les traces de vingt ans passés au sein de la société thaï, très dynamique sur ces sujets.

Min Ko Naing s'exprimant à l'occasion des 25 ans du DPNS sur les défis à venir
Min Ko Naing s’exprimant à l’occasion des 25 ans du DPNS sur les défis que la Birmanie s’apprête à connaître